Bye bye, 2016

L’année 2016 qui vient de se terminer à encore une fois été grandiose par ces événements, mais simple par sa routine.

Voici quels faits anodins ou importants pour résumer ma petite vie de la dernière année :

  1. Je mange sans gluten depuis un an. Et je dois dire que je ne me suis jamais sentie aussi bien! Je ne suis pas allergique au gluten, ni coaliaque, mais j’y suis intolérante. Ce qui fait que j’avais énormément de difficulté à le digérer. J’étais toujours fatiguée, et subissais quelques autres symptômes! Et tout est réglé! En 2016, j’ai pété l’feu!
  2. J’ai appris la technique du bullet journal, que j’utilise pour mon travail à l’Église. Peut-être vous plaira-t-elle aussi? [Leur guide d’utilisation est disponible en français!]
  3. Charlotte est officiellement devenue bilingue en 2016! What?! Crazy! [J’aime TELLEMENT l’écouter lire! Son accent est parfaitement cute et anglais.]
  4. Cet article a été le plus populaire, sur mon blogue. Merci de me lire, fidèlement!
  5. Connaissez-vous les shampooing secs? J’utilise ce produit fait-maison qui est parfait et fonctionne à merveille! [Écoutez le vidéo et explorez ce site inspirant!]
  6. Me perdre dans la lecture des mots et des vérités enseignées dans les livres me captive beaucoup. Cette année, j’ai lu plusieurs livres encourageants, dont :  le préféré de mon coeur, le plus drôlele plus édifiant et le plus émouvant.
  7. En 2016, mon plus beau défi, ma plus sage décision, l’activité la plus l’fun, mon outil préféré, des messages qui me touchent beaucoup, un passe-temps que j’affectionne. Bref, je ne me suis pas ennuyée!
  8. Depuis toujours, ma couleur préférée est le vert. Le vert nature, le vert éclatant, le vert feuille. Mais la couleur mauve m’attire quelque peu. Surtout pour une couleur de cheveux!
    img_7802
  9. En 2016, ma chanson préférée :

10. Et finalement, mon verset préféré : « Entraîne-toi à rester attaché à Dieu. » 1 Timothée 4.7b

Que le Seigneur bénisse les prochains mois, avec tous les défis et bénédictions qu’ils apporteront. xx

Persévérons [verset 2] + alphabet biblique

Ce défi n’est pas facile! Et l’ennemi fera certainement tout en son pouvoir pour nous empêcher de continuer. Mais persévérons!

Voici mon verset pour les prochaines deux semaines. Parfois, les choses les plus courtes ont le plus d’impact! 😉

Faites tout sans murmures ni contestations. Philippiens 2.14

Et voici en cadeau, l’alphabet des versets bibliques. Nous les récitons en famille tous les soirs (ou presque!), et jusqu’à maintenant, les filles participent très bien!

Mon fils, retiens mes paroles, Et garde avec toi mes préceptes. Observe mes préceptes, et tu vivras; Garde mes enseignements comme la prunelle de tes yeux. Lie-les sur tes doigts, Écris-les sur la table de ton coeur. Prov. 7.1-3

Comme la dernière fois, inscrivez votre verset (en français ou en anglais!) dans un commentaire au bas de cet article ou sur Facebook. Bonne journée xx

img_9946

Défi : apprendre des versets [verset 1]

L’un de mes défis à chaque année est d’apprendre des versets bibliques afin de renouveler mon intelligence et pour m’aider dans ma vie au quotidien. Je désire que mes pensées soient centrées sur Christ. Je renouvelle donc ce défi : apprendre 2 versets par mois.

Le premier et le 15e jour de chaque mois, je vous propose d’ajouter en commentaire le verset que vous aurez choisi de mémoriser pour les deux semaines qui suivront.

Bonne année 2017 à tous!

Voici mon verset :

De toute votre pensée, tendez vers les choses d’en haut et non vers celles qui appartiennent à la terre. Col. 3.2 (version Semeur)

Réponse de Dieu

Chère Michèle,
J’ose te tutoyer, car je connais – tous tes détails.

Tu dis que tu ne crois plus en moi.
Et bien, je suis très heureux que tu m’écrives quand même.
Je suis très heureux que tu penses à moi,
malgré l’opinion que tu as.
Car peut-être y a-t-il encore de l’espoir.

Je t’aime, tu sais.
Et j’affectionne passionnément ce monde que j’ai créé.
Je vous aime tellement
que j’ai envoyé mon Fils unique
mourrir et subir toutes les conséquences
que le péché à engendré
à votre place.
Je vous chéris tellement
que j’ai prévu un plan
de rédemption du monde.
Mais le monde n’en veut pas.

Dès le commencement,
dans le jardin magnifique,
je vous aimais et je vous parlais
et voulais un monde parfait pour vous.

Je voulais un endroit où l’homme et moi
pourrions vivre en parfaite communion.
Pour communiquer sans intermédiaire.
Mais il a fallut que l’homme et la femme
que j’ai créés se prennent pour moi.
Il a fallu qu’ils succombent à la tentation.

Oui, je sais, la tentation est difficile.
Je l’ai vécue lorsque je suis venu sur terre
il y a quelques années.
J’ai vécu la souffrance, l’horreur,
le manque de compréhension de mes amis les plus proches,
la solitude, la haine.
J’ai vécu la guerre,
comme tu la vit aujourd’hui.
Peu de gens comprenaient
l’espoir que je voulais apporter.

Et je savais que les coups, le fouet, la couronne d’épines,
la croix et la mort seraient difficiles;
Impossible à comprendre pour vous,
sauf pour ceux qui croient par la foi.

Mais je suis venu pour apporter la paix.
Bien que tu sembles ne pas y croire,
chère Michèle, la Paix ne se trouve qu’en moi.

Je déteste la guerre,
Elle est à l’opposé de mon essence.
Mais je ne peux l’arrêter,
je ne peux faire le choix à votre place.
C’est l’homme qui choisi la guerre.
Oui, je permet la souffrance causée par la haine
Je permet la pauvreté, la maladie
À cause du libre arbitre
Dès le début de ce monde
je vous ai laissé le choix de croire en moi
ou de vivre seul.

Ce n’est pas moi qui vous détruit.
C’est vous, entre vous.
Je ne reste pas les bras croisés.
Je protège ceux qui m’appellent.
Je guéris ceux qui m’implorent.
J’agis avec amour envers les malaimés.
J’apporte la paix aux tourmentés qui se tournent vers moi.
Je remplis de joie le pauvre, l’indigent qui n’a rien d’autre que moi.
Je suis glorieux pour tous ceux qui ont espoir en ce que je suis.
Je suis justice pour ceux qui vive la misère.
Je méprise le péché, mais j’aime le pécheur.
Je suis infiniment grand, nul n’est comme moi.

Je suis aussi là.
Malgré ma majesté, je suis présent tout près de toi.
Je suis patient, et j’attends.
Si seulement, tu désirais apprendre à me connaître vraiment.
Tu n’aurais peut-être pas autant de préjuger envers moi.
Si seulement, tu communiquais avec moi directement,
au lieu de ruminer tes souvenirs faussés par la religion.
Tu me découvrirais.
Si tu m’appelais.

Je te répondrais.
Je te répondrais, peut-être pas comme tu le voudrais,
car je suis Dieu. Je suis incompréhensible.
Mais assurément, je répondrais.
C’est promis.

Peut-être que ce texte ne changera rien
en ton opinion,
car après tout, la foi ne s’explique pas.
Elle ne se comprends pas.
Elle se vit.

Dieu

 

—  –  —

Étant donné que nous nous efforçons sans cesse de [réduire Dieu] à notre image, la Bible ne cesse de répéter qu’il n’est pas semblable à nous. Nous enfermons Dieu dans nos univers mentaux. Nous l’apprivoisons et le façonnons à notre ressemblance. Quelle folie! […] Dieu n’est pas semblable à nous; il est infiniment plus majestueux et infiniment plus saint. On ne se moque pas de lui. Le comble, c’est qu’il est possible de le connaître, certes pas pleinement, mais suffisamment.

Citation tirée du livre : La foi d’hier pour une ère nouvelle, page 55.

— – —

Cet article a été écrit pour répondre l’authentique lettre écrite par la journaliste, Michèle Ouimet.
C’est avec le plus grand respect que je propose cette réponse de Dieu.
Je suis loin de le comprendre, mais ce Dieu fidèle est tout pour moi.
Et je voulais démontrer une minuscule parcelle de qui il est.

Parce qu’il est né, j’ai la paix

Il est né.
Juste cette affirmation est extraordinaire!
Le Roi de l’Univers, celui qui a créé chaque parcelle de l’infini
est né en simple homme.
Un Dieu fait homme.

Si j’avais été à sa place,
j’aurai choisi de naître au 21e siècle
une époque de médecine perfectionnée
une époque de nourriture exquise
une époque de transports adaptés et surexploités
une époque de média sociaux exagérés.
En un instant, tout le monde aurait su que je suis née.

Si j’avais été à sa place,
j’aurai choisi un papa et une maman mariés
une famille stable
qui s’entend bien avec les autorités établies
qui habite dans une belle maison.

Si j’avais été à sa place,
je ne serai même pas venu jusqu’à la terre
je serai resté dans les cieux,
entouré d’anges et de majesté
parmi la gloire et l’honneur
devant la splendeur
là où tout est centré sur Lui
là où rien d’autre ne compte.

Mais je ne suis pas Dieu.
Je ne suis pas au courant de grand chose.
J’ai le contrôle sur presque rien.
Et je suis beaucoup trop égoïste pour être Dieu.

Et pourtant, il a choisi de naître
sans flafla, ni apparat
Sans maison stable,
ni avenir assuré

Et s’il avait fait ce choix pour nous?
Parce qu’il a choisi la souffrance
il comprend la mienne
Parce qu’il a vécu l’incompréhension de ses amis
il comprend ma solitude
Parce qu’il a été tenté dans le désert
il comprend mes luttes
Et parce qu’il a tout choisi intentionnellement
il a vécu les mêmes peurs que moi

Lui, Dieu.
Il est venu.
Il a quitté le paradis.
Non pas pour lui même
Mais pour nous. Pour moi.
Afin de non seulement comprendre,
mais de vivre chacun de mes labeurs, de mes horreurs

Pour que je n’ai plus à les vivre.
Pour que je les lui abandonne.

Toutes ces peurs que je vis,
toutes ces peines que tu subis,
elles ont déjà été vécues par le Roi
humble et parfait.
Il les a déjà connues,
et il est là près de moi,
tout près de toi,
Pour nous dire qu’il aime.
Qu’il veut donner la paix.

C’est ça Noël :
la Paix du coeur.
Jésus qui a tout accompli
qui a tout quitté
afin que notre coeur soit centré sur Lui
loin de nos souffrances.


De toute ma famille, avec beaucoup d’amour,
je vous souhaite le plus beau des Noëls.
Rempli de Sa paix.
Et célébrez avec joie, car c’est Sa fête après tout!

xx

photo-de-famille

Le retour de Chérubin (un conte, la suite!)

Voici la suite du conte écrit par Gisèle Girard, la première partie étant écrite ici (si vous l’avez manquée). Bonne lecture!

P.s. À défaut d’une autre photo de chérubin, voici notre petit « ange ».

img_9771

Le retour de Chérubin 

La fête se prépare dans le paradis de Dieu, les chérubins imaginent leurs chorégraphies, les séraphins et les archanges entonnent déjà leurs glorieux cantiques. Noël, une célébration à ne pas manquer là-haut. Chérubin se remémore la nuit où il s’est retrouvé au milieu des bergers à Bethléem en train d’annoncer la venue d’Emmanuel sur terre. Le ciel ouvrait une fenêtre sur l’humanité. Tant de souvenirs se bousculent dans son esprit, la crèche, la fuite en Égypte, toutes ces années sur cette planète et puis … Chérubin ne veut pas se laisser chagriner. Il regarde Emmanuel avec ses mains et ses pieds transpercés et se demande comment les terriens célèbrent cet événement. Finalement, l’Éternel accorde à Chérubin la permission de mener son enquête.

Il observe un endroit appelé centre commercial: éblouissant ! Étincelant ! C’est peut-être le lieu où l’on évoque la naissance d’Emmanuel? Il cherche quelques indices. Il écoute des mélodies à propos d’un renne au nez rouge, d’un bonhomme de neige, d’un sapin…Il rencontre un personnage jovial, trônant dans un embonpoint sympathique, c’est le père Noël ! Apparemment il offre des cadeaux aux enfants, il vole dans un chariot. Étrange ! Il ne ressemble en rien au Père des lumières, mais il semble apporter un peu de réconfort. C’est comme si l’histoire se répète à l’inverse, un homme fait dieu au lieu d’un Dieu fait homme…Stupéfait, Chérubin poursuit ses investigations.

Les gens sont si affairés, il entend des caisses qui sonnent, des bouteilles qui cognent, ils voient des cartes de plastique qui glissent, des bras chargés de paquets qui défilent…Pour qui ? Pour quoi ?

Des bribes de conversation le tracassent : “ je n’ai pas les moyens de fêter cette année — cela me rappelle mon enfance — je raffole de l’esprit des fêtes — je serai seul, tout le monde s’en va dans le Sud — enfin, je prends le temps de donner aux plus démunis —Noël, la plus belle réception de l’année — j’en profite pour inviter plein de monde — j’irai à l’église ce soir-là … ”

Chérubin est perplexe, il décide de quitter ce temple financier et de survoler quelques foyers. Une odeur de tourtière, de pain d’épices, de cannelle, flotte dans l’air, il en oublie presque sa mission. Des enfants s’amusent, une femme termine les derniers préparatifs : un arbre se dresse dans le salon. Tiens ! Une crèche avec des personnages, on dirait une reproduction de la naissance d’Emmanuel, on ne l’a pas tout à fait oublié !

Chérubin voudrait comme il l’a fait auparavant proclamer aux hommes, à ceux qui sont heureux, à ceux qui sont seuls, à ceux qui souffrent, à ceux qui sont indifférents, à ceux qui sont blessés, à ceux qui sont comblés, à ceux qui sont épuisés, à ceux qui … «Emmanuel est toujours le même, prêt à donner sa Vie, prêt à rejoindre la condition humaine. Un Espoir, encore aujourd’hui ! »

Il retourne en trombe au ciel et demande une faveur à l’Éternel:“ … juste pour cette veillée de Noël, je ne peux attendre encore deux mille ans, le temps presse sur la planète bleue, j’ai peur que l’Esprit de Noël ne devienne quelque chose au lieu de Quelqu’un, des tonnes d’artifices ne suffisent plus à combler le vide … ”

Cette nuit-là, la Bible danse sur les rayons des bibliothèques, surgit des tiroirs. Des paroles de réconfort inscrites sur des fragments, comme des flocons lumineux s’en échappent. Ils virevoltent dans l’espace et atterrissent partout où se trouvent les terriens. Pendant que cette neige de tendresse tombe sur le sol, tous ceux qui lèvent les yeux vers le ciel entendent un concert parmi les étoiles “ Gloire à Dieu ! au plus haut des cieux ! Paix sur la terre aux hommes qu’Il aime ”.

Chérubin sait que le plus précieux des souvenirs, laissé aux humains est le Livre des Promesses, il souhaite que tous liront ce testament d’amour rédigé avec le sang de Jésus-Emmanuel.

J’ai même entendu dire que l’autoroute informatique pourrait être assiégée pour diffuser le récit de Noël. Une frasque de Chérubin??? Son rire de clochettes résonne encore dans le paradis de Dieu.

Gisèle  B. Girard

Un chérubin en mission [un conte]

Je suis grandement excitée de vous présenter ce conte écrit par la talentueuse main de mon amie, ancienne mentor et compagne de niaiseries : Gisèle Bachand Girard. Dans l’un des temps de Noël de mes souvenirs, je suis assise à mon bureau dans les anciens locaux de SEMBEQ, je grelote, en sirotant l’un des innombrables cafés de ma vie et je ris, avec elle. Son rire éclatant restera toujours enfouit dans mon coeur. Une simple petite étincelle des souvenirs passés le fait ressortir. Voici pour vous, « Un chérubin en mission ». Merci Gisèle!

img_9765

Conte de Noël

Une fébrilité inhabituelle règne au paradis de Dieu. Un chérubin sent bien qu’il se prépare quelque chose de très spécial. Récemment, il a vu l’ange Gabriel se rendre sur la terre, pour visiter un sacrificateur et une jeune juive. Cela lui semble très étrange d’autant plus que le ciel est resté silencieux depuis 400 ans en Palestine. Perplexe, il se remémore les paroles du dernier prophète Malachie. “Voici j’enverrai mon messager : Il préparera le chemin devant moi. Et soudain entrera dans son temple le Seigneur que vous cherchez ; Et le messager de l’alliance que vous désirez, voici, il vient, Dit l’Éternel des armées.”.

Oh ! tout cela ne prépare-t-il pas des événements merveilleux songe-t-il avec curiosité. J’ai vu le Fils de Dieu en grande conversation avec son Père, ils parlaient de sacrifice, de mort, de résurrection. Le Fils resplendissant de lumière et de puissance m’a semblé comme un frêle agneau prêt à être immolé …

Attention ! les trompettes sonnent, le Fils reçoit un nouveau nom “Emmanuel”. Étonnant ! mais réel, Il quittera son palais de cristal pour s’incarner sur terre : vivre et mourir au milieu des mortels.

Et me voilà parmi toute l’armée des cieux, des myriades et des myriades d’anges qui plongent leur regard dans ce Dieu fait, petit enfant. Les séraphins me disent qu’Il vient de naître pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort, pour diriger leurs pas dans le chemin de la paix.

Dans les champs où d’humbles bergers gardent leurs troupeaux, la splendeur du ciel illumine cette nuit inoubliable. Un ange explique aux bergers stupéfaits, la bonne nouvelle d’un Sauveur. Et instantanément nous sommes tous là, à entonner “Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, Et paix sur la terre parmi les hommes qu’il agrée !”.

Nous laissons les bergers à regret pour retourner au ciel et je me demande si j’aurai d’autres missions à accomplir. J’aimerais bien encore servir le Fils du Père. Et puis j’écoute les archanges puissants parler de messagers : au désert, au jardin de Gethsémané, près d’un tombeau vide, à l’ascension, lors d’un retour fracassant ! Je soupçonne que je serai là et je frissonne d’effroi …

J’entends déjà le vieillard Siméon prophétiser à sa mère Marie :Voici cet enfant est destiné à amener la chute et le relèvement de plusieurs en Israël, et à devenir un signe qui provoquera la contradiction, et toi cher enfant une épée te transpercera l’âme, afin que les pensées de beaucoup soient dévoilées.

Je me demande bien ce que les hommes réservent au Prince de la Paix ?

Gisèle Bachand Girard